Projet associatif

2005-2009 : Le décollage, le développement, la professionnalisation.

Bernard, las des soucis liés à ses responsabilités de 20 années a réorienté sa carrière en utilisant ses compétences d’animateur en musique traditionnelle et en théâtre. Mais là encore des décisions politiques de gestion des affaires publiques vont lui poser des problèmes. En effet, l’un de ses nouveaux employeurs, le CDMDT 05 (maintenant CEDRA 05) n’est plus autorisé à exercer cette mission. C’est encore l’association qui prend le relais et qui permet à Bernard de poursuivre sa nouvelle carrière en contractualisant avec les écoles, les associations ou les collectivités qui avaient besoin de ses services, du Champsaur et du Dévoluy au Briançonnais. La gestion administrative reste bénévole mais avec des frais modiques prélevés sur les contrats, ce qui permet à l’association de se procurer quelques ressources. Il obtient enfin le statut d’intermittent, géré par le GUSO.

Voilà pourquoi maintenant, l’association, sans être ni groupement d’employeur, ni entreprise d’intérim ou d’insertion, ni agence pour l’emploi, affirme œuvrer dans ce domaine d’une façon souple et adaptable que ni les collectivités locales, ni les structures précitées ne sont en capacité de faire en raison de leurs contraintes organisationnelles, souvent rigides ou trop encadrées.
Tout en restant fondamentalement dans l’éducation populaire par les activités qu’elle développe en s’appuyant sur ses membres bénévoles, c’est aussi une structure de recherche-développement qui est devenue un prestataire de services et une couveuse d’activités par la force des choses, c’est à dire l’évolution économique, sociale et politique. Du fait du désengagement de l’État, du recentrage des missions des collectivités, elle est pleinement engagée dans l’économie sociale et solidaire, c’est à dire une alternative au tout public ou tout privé.

2006 : Depuis la saison précédente, avec 37 membres, la section aïkido se porte bien et ouvre une antenne à Guillestre, avec des cours officiels de iaïdo . Un stage dans cette discipline a été créé avec la présence de hauts gradés (5ème dan, puis 7ème en 2007). Un stage enfant est programmé au calendrier de la ligue à L’Argentière.

Mieux grâce au rayonnement de cette activité qui a permis un partenariat avec une association marseillaise, Loisirs Provence Méditerranée, son professeur Jean-Paul Galy a réalisé des prestations suffisantes pendant l’été précédent pour envisager son embauche en contrat aidé. Il passe de bénévole à salarié et il est soutenu par un Conseil d’Administration solide et équilibré entre les activités et les différents pôles, Embrun, Guillestre, L’Argentière.

2008-2009 : De l’apogée aux remises en questions.

Toutefois, par une décision et des motivations incompréhensibles, l’assemblée générale de juin 2007 décide de créer une section indépendante d’aïkido qui va déboucher en 2008, sur une scission entre Guillestre et L’Argentière et un frein dans le développement de ces disciplines pour tout le département et même pour la Ligue et le iaïdo. C’est à se demander si la même irrationalité n’a pas frappé leurs pratiquants comme les spéculateurs financiers et les grands de ce monde qui l’ont précipité dans la plus grave crise économique depuis 1929.

A l’automne 2008 toutefois, une autre musicienne, professeur de violon en musique traditionnelle, rejoint l’association. Elle donne des cours au sein de deux structures aux statuts différents, le Centre Artistique du Briançonnais qui dépend d’une collectivité publique et l’Association Sociale, Sportive et Culturelle du Queyras. C’est pourquoi elle choisit de faire gérer ces contrats par IDeal Acte, bien qu’elle intervienne en plus à la MJC de Briançon qui la salarie aussi.
A ce jour, Irmine Chaumont-Müller est toujours salariée de l’association, en CDI qu’elle a signé en 2010.

Une accompagnatrice en montagne, Virginie Romette, férue de botanique, qui a déjà contractualisé avec l’association pour des interventions ponctuelles, pour le Parc des Écrins par exemple, va aussi être embauchée début 2009. Cela sera toutefois dans le cadre d’un contrat d’avenir pour développer des activités d’éducation à l’environnement qui ont le vent en poupe, tant avec « le Grenelle » au niveau national que plus localement avec les orientations du Pays Sud. L’association dispose aussi maintenant de créneaux horaires dans les locaux rénovés de la Manutention, ce qui lui permet de tenir des permanences régulières et d’envisager bien des développements.

Celle-ci malheureusement, très indépendante, supporte mal les contraintes du travail encadré et décide de rompre son contrat au bout de six mois. Le 3ème ouragan qui s’abat sur le projet associatif est encore plus terrible. Bernard, l’ami de toujours, le pilier incontournable qui a permis à l’association de décoller, est atteint par une grave maladie dégénérative qui l’oblige à cesser toute activité professionnelle ou associative.

C’est pourquoi, tant au niveau des activités que du résultat comptable, l’année 2009 reste la meilleure année de l’association et sa pire car il va maintenant falloir survivre, très handicapé, dans un contexte économique et social de plus en plus tendu. En l’espace de deux ans, on a reculé de dix, malgré un travail rigoureux et une volonté sans faille. Quand la malchance s’allie à la bêtise, voire à la méchanceté de certains, il est difficile de progresser, même avec les meilleurs volontés du monde.

Pages : Précédente - Suivante